mercredi 23 octobre 2013

LE 2 NOVEMBRE 2013 première partie TRIPLE SCOTCH

Le lien du Festival:

 http://www.jazzconilhac.fr/stefano_di_battista/

Samedi 2/11 : John SCOFIELD Uberjam Band

SAMEDI 2 NOVEMBRE à 20h45

John SCOFIELD Uberjam Band

Parmi les guitaristes de jazz contemporain, John Scofield fait incontestablement partie des meilleurs.
Durant toute sa carrière, il a réussi à surprendre les amateurs de jazz avec à chaque fois un nouveau projet tout en maintenant un niveau élevé de qualité de jeu de guitare. Avec « Sco », on doit toujours s’attendre à l’inattendu.
Il fit ses premiers pas dans le jazz aux côtés de Gary Burton et Gerry Mulligan. Mais aussi de Billy Cobham, George Duke, Dave Liebman et du bassiste Steve Swallow. En 1982, Miles Davis l’engage pour jouer du jazz funk. Après trois ans, il quitte Miles pour poursuivre ses aventures funky avec l’ex batteur de P-funk, Dennis Chambers.
Vers 1989, le guitariste signe avec le label légendaire Blue Note. Il en profitera pour renouer avec le swing et le jazz traditionnel en initiant avec son ami Joe Lovano un nouveau quartet.
Aujourd’hui, John Scofield fait partie des « Big Four » aux côtés de Bill Frisell, Pat Metheny et Mike Stern. Sa sonorité est très orientée vers le rock avec notamment ses distorsions qui l’ont rendu célèbre. Son style louvoie entre le bebop, la fusion et le souljazz. Il a enregistré avec une multitude de musiciens dont Chet Baker, Charlie Mingus, Toots Thielemans, Pat Metheny, Michael Brecker, Chick Corea, Joe Henderson, Brad Mehldau, Billy Cobham, Herbie Hancock, Dave Holland.
John Scofield est aussi inégalable pour provoquer des fusions inédites et générer des projets passionnants sans que ce ne soit au détriment de la qualité de son jeu. Durant les années 90, le guitariste s’est senti attiré par les nouvelles tendances du jazz: l’électro groove. Ce qui l’a amené à ses expériences avec Medeski, Martin & Wood et Bugge Wesseltoft.
Guitariste majeur et très influent depuis plus de vingt ans dans le domaine du jazz, John Scofield incarne probablement plus qu’aucun autre, au travers d’une synthèse particulièrement aboutie et personnelle, l’étendue des styles que son instrument lui permet d’embrasser. De la sensibilité du blues à la sophistication harmonique du jazz, du plaisir du funk à la liberté de l’improvisation post-Coltrane, de l’énergie du rock aux virtuosités de la fusion, du swing de Wes Montgomery aux expérimentations électroniques, il couvre, dans un va-et-vient régulier entre l’acoustique et l’électrique, un très vaste champ de musique, avec sa guitare pour point de rayonnement et son immense bagage comme point de repère. Maîtrisant aussi bien effets et distorsions que les logiques chromatiques, John Scofield compte ainsi, comme Pat Metheny ou Bill Frisell, parmi ceux qui ont contribué à régénérer l’approche de la guitare par l’assimilation des innovations développées sur d’autres instruments dans le jazz et par l’intégration des spécificités apportées au leur par les courants de la musique populaire américaine qui lui sont postérieurs.
Jhon Scofield (Guitare), Andy Hess (Basse), Avi Bortnick (Guitare rythmique & Samplers), Louis Cato (Batterie)
Première Partie : Triple Scotch
« Triple Scotch ? Un jazz à la fois frais et chaleureux, swinguant à souhait, qui ne prend pas la tête mais donne des fourmis dans les jambes”. J. Aboucaya, critique de jazz pour le mensuel « Jazz Magazine »
Bernard Lara (guitare), Thierry Ollé (piano) et Serge Oustiakine (contrebasse et chant) forment le trio Triple Scotch. Le son très acoustique de ce groupe rend hommage aux trios de jazz en verve dans les années 50. Dans la continuité de cet héritage sonore, le répertoire distillé fait appel aussi bien à des compositions personnelles qu’à des standards de tous horizons (Louis Armstrong, Nat King Cole mais aussi U2, The Doors, Bob Dylan…) faisant ainsi preuve d’un bel éclectisme musical, carrément rafraîchissant.
Thierry Ollé est LE pianiste qui n’en finit pas de monter ! L’excellent album en trio paru sous son nom, « Miss NO » (2009), a été unanimement salué par une critique élogieuse et a fait l’objet d’une sélection pour le meilleur disque de l’année décerné par l’académie du Jazz. Nourri de toute la tradition pianistique des pionniers aux musiciens actuels et d’une expérience acquise dans des contextes divers, son jeu a connu un complet épanouissement. Son invention mélodique, sa subtilité harmonique alliées à un swing généreux lui permettent d’exprimer une personnalité musicale d’une grande richesse, en soliste ou comme accompagnateur. Brillant arrangeur, il est aussi un compositeur prolifique.
Serge Oustiakine, à la contrebasse et au chant, a partagé avec Thierry Ollé bien des aventures musicales. Après sa collaboration musicale avec le Tuxedo Big Band et les divers groupes de Paul Chéron (Banana Jazz entre autres), il se produit aujourd’hui dans diverses formations, notamment dans le groupe de Jazz manouche du guitariste Steeve Laffont. Sa présence au sein d’une section rythmique est l’assurance d’une assise des plus solides. Musicien avec un grand « M », il est en outre un excellent chanteur doté d’un scat irrésistible.
Bernard Lara est un guitariste de « talent et d’émotion ». Au cours des trente dernières années, on ne compte plus ses multiples collaborations avec des musiciens légendaires tels Roy Haynes, Jimmy Cobb, Guy Laffite, Pierre Boussaguet, Mikis Theodorakis, Jean-Loup Longnon, Fabien Ruiz pour n’en citer que quelques uns… Musicien « tout-terrain » , ce« dompteur de guitare » comme il aime à se définir est un remarquable accompagnateur : qu’il soit derrière une chanteuse rive gauche ou aux côtés d’un pur bluesman, sa capacité d’adaptation est sans égale. Son inventivité mélodique n’est pas en reste et ses improvisations et compositions inspirées témoignent d’une profonde maîtrise de l’art de la musique au sens large !
Thierry Olle (Piano), Serge Oustiakine (Contrebasse, Chant), Bernard Lara (Guitare)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire